Sony subit des difficultés prolongées pour la production d’appareils électroniques



Sony n’est pas épargné par la pandémie de Covid-19. La multinationale japonaise a indiqué vendredi 27 mars 2020 que sa chaîne d’approvisionnement en composants électroniques est mise à rude épreuve depuis le début de l’année. D’abord, ses quatre usines en Chine ont été contraintes de fermer en janvier et leur activité revient tout juste à la normale. Ses deux unités de production en Malaisie ont elles aussi fermé, et leur réouverture n’est prévue que mi-avril. Même chose pour son site de production au Royaume-Uni, dont le gouvernement britannique a ordonné à l’arrêt de l’activité jusque fin avril.

DES CONSÉQUENCES SUR LES VENTES


Au-delà des fermetures d’usines imposées, Sony indique dans un communiqué souffrir de “la restriction de circulation des personnes à travers les frontières nationales”, ce qui l’empêche notamment d’envoyer des ingénieurs sur ses sites de production sud-asiatiques. La sortie de nombreux produits électroniques pourrait donc être repoussée.

Par ailleurs, si la production de ses solutions imagerie et détection n’est pas ralentie, ses “principaux clients sont les fabricants de smartphones, qui dépendent de chaînes d’approvisionnement chinoises”. Comprendre qu’eux aussi sont largement mis en difficulté par la crise sanitaire – les ventes de smartphones auraient connu une baisse inédite de 38% entre février 2019 et février 2020. Et les commandes s’en feront ressentir. Enfin, les activités liées à la musique et au cinéma sont aussi touchées, à la fois par l’arrêt de la production de CD et Blu-ray et par un gel des sorties et des budgets publicitaires.

Sony annonce en conséquence que ses prévisions de résultats pour l’exercice financier qui débutera en avril 2020 et prendra fin le 31 mars 2021 seront révisées “selon l’évolution de la situation”, tout en certifiant “faire le maximum pour limiter le contrecoup du virus sur [ses] affaires”. Cette décision n’est pas un cas isolé. D’autres entreprises technologiques ont déjà procédé à la révision de leurs objectifs à court terme – comme Apple, dès le mois de février. Dell et VMWare, eux, ont décidé de retarder la publication des prévisions pour le prochain exercice du fait de l’incertitude provoquée par la pandémie.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *