Tarisland – Tencent annonce le MMORPG cross-plateforme Tarisland et en lance la bêta chinoise


Le colosse Tencent annonce le MMORPG cross-plateforme Tarisland, qui se dévoile en bêta en Chine. Le jeu attire l’attention pour ses similitudes avec World of Warcraft, mais affiche manifestement aussi certaines ambitions. 

sale-img1.jpg

Le groupe Tencent est un colosse de l’industrie vidéo ludique chinoise qui compte un catalogue de jeux pléthorique. Un nouveau titre s’y ajoute avec le MMORPG cross-plateforme Tarisland, dévoilé en début d’année et dont la bêta fermée était lancée ce 12 janvier en Chine.

Des similitudes troublantes

En attendant de découvrir concrètement Tarisland, le jeu attire depuis quelques jours l’attention des médias occidentaux surtout pour certaines de ses similitudes avec World of Warcraft – à l’heure où le MMORPG de Blizzard va devoir fermer ses portes en Chine. Et à l’évidence, on constate une inspiration commune entre les deux jeux, en matière de graphismes par exemple (stylisés et colorés), l’univers de Tarisland abrite aussi des créatures très semblable aux Taurens, et les joueurs du MMORPG chinois seront aussi amenés à chevaucher ou affronter des dragons qui rappellent manifestement ceux de l’extension Dragonflight.

Tarisland est-il dès lors un plagia éhonté du MMORPG de Blizzard, lancé précisément pour suppléer à l’absence prochaine de World of Warcraft en Chine ? L’occasion fait sans doute le larron, et on imagine nombre d’exploitants en Chine se frottent les mains suite aux déboires de Blizzard – et pas uniquement en Chine, à titre d’exemple Lost Ark a récemment obtenu son agrément auprès des autorités chinoises après des années de patience et on subodore que SmileGate ne manquera pas de s’adresser aux joueurs chinois.

Voir aussi  Un ancien PM japonais qualifie de "rumeur" la thorie selon laquelle la COVID-19 serait originaire de Chine — Chine Informations

Pour autant, le développement de Tarisland a manifestement débuté bien avant qu’on apprenne la fermeture prochaine de World of Warcraft en Chine. Et parallèlement, Tarisland semble avoir puisé son inspiration dans des projets divers – on pense certes à World of Warcraft (qui a servi d’inspiration à un nombre incalculable de MMORPG à travers le monde depuis des années), mais aussi à WildStar ou Asta: The War of Tears and Winds, par exemple. Chacun jugera donc où placer la limite entre plagia et hommage.

Quid du gameplay de Tarisland ?

Toujours est-il que Tarisland apparait comme un MMORPG à gros budget, pour lequel Tencent affiche manifestement certaines ambitions tout en s’appuyant sur les codes traditionnels du genre.

sale-img2.jpg

Le jeu promet ainsi huit archétypes de personnages jouables : un guerrier polyvalent maniant épée et bouclier ; un tank armé d’un marteau de guerre ; un berserker maniant deux haches de lancer ; un assassin au corps à corps utilisant deux lames ; une ranger avec son arc et pouvant invoquer des bêtes sauvages ; mais aussi un barde et une prêtresse, ainsi qu’une lanceuse de sorts. Et le développeur assure que ces héros sont largement personnalisables, notamment grâce à des talents et compétences, en plus de l’équipement.

Une fois le personnage créé, Tarisland entend immerger les joueurs dans un monde ouvert d’inspiration fantasy, aux graphismes cartoon. Le développeur évoque une solide trame narrative sur fond de conflits divins, devant encourager les joueurs à explorer l’univers pour en percer les secrets et « révéler le monde tel qu’il pourrait être ». Quid du gameplay ? Manifestement, Tarisland mise sur la coopération et des raids de boss, opposant des groupes de dix joueurs à des monstres épiques. Selon le développeur, ces raids représentent un certain défis et les joueurs devront faire preuve de coordination pour espérer venir à bout des bosses.
Et pour faire bonne mesure, le jeu y ajoute aussi de la récolte de ressources, de l’artisanat et du commerce entre les joueurs.

Voir aussi  NCsoft - Le Fonds public d'investissements saoudien devient le deuxième actionnaire de NCsoft

Enfin, selon Tencent, Tarisland doit permettre aux joueurs de « se laisser aller au pur plaisir du jeu ». Dès lors, le développeur promet que la monétisation du MMORPG n’a pas vocation à empiéter sur le gameplay – on jugera évidemment sur pièce le moment venu, mais Tencent a sans doute les moyens de formuler ce type de promesse, au moins pour les premiers mois d’exploitation. À cette heure, aucune date de lancement n’est encore annoncée, mais le jeu est donc actuellement en bêta fermée en Chine et doit être distribué sur PC et plateformes mobiles (manifestement sans auto-play, du moins dans la bêta). Le développeur ne précise pas non plus si Tarisland sera distribué hors des frontières chinoises, mais on constate que certaines bandes annonces sont déjà (partiellement) sous-titrées en anglais.
Rendez-vous quoi qu’il en soit dans les semaines et mois à venir pour découvrir si Tarisland peut être davantage qu’un simple clone éphémère de World of Warcraft. 



Source link

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *