NCsoft – Plagiat de Lineage M : les juges coréens donnent raison à NCsoft face à Webzen


En 2021, NCsoft poursuivait Webzen pour plagiat et obtient aujourd’hui une décision favorable de la part des juges coréens. La décision est considérée comme une reconnaissance des principes de propriété intellectuelle et pourrait faire jurisprudence.

screenshot_3190.jpg

En 2021, on se souvient que NCsoft avait initié des poursuites contre Webzen pour violation de propriété intellectuelle : NCsoft considérait que R2M (la version mobile du MMORPG PC Reign of Revolution de Webzen) était trop similaire à son propre MMORPG mobile Lineage M. NCsoft relevait des « emprunts » dans « le design de l’interface et le positionnement des icones », dans la « gestion des personnages, de l’inventaire et de l’encombrement », mais dénonçait aussi « une copie des systèmes de jeu et une imitation du gameplay lié à l’économie in-game » (incluant les valeurs numériques de certains objets similaires jusqu’à la troisième décimale »).

Selon les représentants de Webzen, les similitudes s’expliquent par les codes du genre : les « normes établies depuis le rogue-like Nethack » (sorti en 1987) serviraient d’inspiration à la plupart des jeux, incluant ceux de NCsoft, et ne seraient donc pas susceptibles d’être brevetées ou protégées par le régime de la propriété intellectuelle. L’agencement de l’interface, par exemple, serait ainsi celui auquel les joueurs sont habitués.

Une décision en faveur de NCsoft

Deux ans après le début des poursuites (un délai jugé long en Corée mais qui s’explique par une passation de dossier entre magistrats du fait d’un départ à la retraite), les juges sud-coréens viennent de rendre leur verdict et manifestement, ils n’ont pas été sensibles à la défense de Webzen. La décision est rendue en faveur de NCsoft : R2 Mobile est jugé trop similaire à Lineage M, même au regard des codes du genre. En conséquence, Webzen a dorénavant interdiction de « promouvoir, faire la publicité, reproduire, distribuer ou transmettre le jeu proposé sous le nom de R2 Mobile ». Les juges y ajoutent une condamnation financière, dont le montant doit encore être fixé, mais dans ses prétentions, NCsoft réclamait un milliards de wons (de l’ordre de 680 000 euros).

Voir aussi  La Chine exprime sa sympathie aux personnes blessées dans la fusillade du métro de New York — Chine Informations

De son côté, Webzen dit se réserver le droit de faire appel de la décision après examen détaillé du verdict – le cas échéant, l’appel serait suspensif et retarderait donc l’arrêt de l’exploitation de R2 Mobile jusqu’au verdict de la décision d’appel.

Une décision susceptible de faire jurisprudence

Selon les avocats de NCsoft, la décision est néanmoins d’ores et déjà « très significative » dans le mesure où elle reconnait « le droit d’auteur et les principes de propriété intellectuelle appliqués aux contenus et aux fonctionnalités des jeux, comme étant les principaux actifs de l’entreprise ». Ils précisent que fort de cette décision, « NCsoft continuera à prendre les mesures nécessaires pour protéger ses droits de propriété intellectuelle ».

Pour mémoire, il y a quelques mois, NCsoft engageait des poursuites similaires mais cette fois contre XL Games suite au lancement d’ArcheAge WAR, qui lui aussi aurait « emprunté » des fonctionnalités à un jeu de NCsoft (ici Lineage 2M). Il sera sans doute intéressant de découvrir si cette seconde affaire confirme ou non la jurisprudence « R2M » et les éventuelles conséquences qu’elle pourrait avoir sur l’écosystème mobile en Corée du Sud – les copies de jeu y deviendraient infiniment plus risquées juridiquement et pousseraient les développeur à devoir faire preuve d’un peu plus d’originalité. 



Source link

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *