Endless Ocean Luminous – Test de Endless Ocean Luminous – Plonger dans un aquarium sur Nintendo Switch


Troisième opus de la licence aquatique, Endless Ocean Luminous fait plonger le joueur — seul ou à plusieurs — dans un monde de détente, cette fois sur la console Nintendo Switch. 

NSwitch_EndlessOceanLuminous_01.jpg

Si la tendance est d’en faire toujours plus, il y a parfois des jeux à contre-courant à l’image de Endless Ocean Luminous. En proposant de plonger et d’étudier un fond sous-marin, l’enjeu est d’en profiter tranquillement, sans excès ou moindre danger. Une seule destination attend le joueur, une mer Voilée imaginaire avec pour particularité unique de réunir les conditions pour accueillir toutes les espèces marines présentes dans le jeu.

Cette astuce scénaristique permet donc aux développeurs de se concentrer sur une seule carte, qui a toutefois la particularité d’être modifiée et partiellement renouvelée à chaque plongée. Certes pratique, ce choix renforce une impression d’artificialité de l’ensemble. Comme lors d’une visite d’un aquarium, on aperçoit des espèces vivant normalement à des antipodes en quelques minutes. La comparaison ne s’arrête pas là, car on retrouve les mêmes colonnes et épaves de bateau en éléments de décors, manquant cruellement de variété. Et pour en finir avec cette image, point de chaîne alimentaire dans Endless Ocean : chaque espèce est repue et il faudra se faire les dents ailleurs. 

Libre à chacun d’aller au bout de l’exploration de chaque proposition de la mer Voilée, mesurable par le biais d’un pourcentage et l’affaire de quelques heures ou bien de repartir de zéro selon ses envies. Une barre d’expérience est présente pour marquer une forme de progression, débloquant la capacité de nager aux côtés de nouvelles espèces. Endless Ocean Luminous dénombre plus de 500 formes de vie marine à découvrir, dont certaines légendaires. Chacune est documentée une fois scannée et répertoriée, transformant le jeu en véritable encyclopédie. On se surprend après quelques heures à distinguer d’un coup d’oeil les variétés d’une même espèce.

Voir aussi  (Deux Sessions) Les relations entre la Chine et l'ASEAN sont le modèle de coopération régionale le plus dynamique — Chine Informations

Pour conserver en partie l’intérêt ludique entre deux plongées, une des bonnes idées est de pouvoir récolter une lumière présente autour d’une forme de vie pas encore scannée durant la partie, même si déjà répertoriée. Cela permet de distinguer si l’on s’est déjà occupé de son cas, car l’action de scanner coupe un instant sa lancée, tout en poussant à remettre le nez dessus afin de compléter la carte et engranger des points d’expérience. Anecdotiques mais bien présents, des classements en ligne mesurent les accomplissements des plongeurs à travers le monde avec les points en question.

Plonger avec le monde entier

D’ailleurs, les fonctionnalités en ligne de Endless Ocean Luminous s’inscrivent plutôt bien dans ce tableau d’ensemble, avec la détente comme maître-mot. On est sur le registre de la coopération, chaque plongeur démarrant sur un point de la carte, tout en ayant la possibilité à chaque instant de se téléporter vers l’un d’eux pour collaborer. La communication passe par des signes, ce qui coule de source vu l’environnement. On peut suivre le chemin parcouru par chacun, mais aussi ses découvertes.

NSwitch_EndlessOceanLuminous_03.jpg

Un code permet de retrouver des connaissances, à moins de s’en remettre à des inconnus pour compléter plus rapidement les missions de recherche qui rythmeront la découverte de la carte. Jusqu’à 30 joueurs peuvent être présents, faisant perdre un peu de sa quiétude au jeu. L’idée de ne pas être seul et partageant sa visite avec un inconnu reste agréable, d’autant plus quand on ne retrouve plus la sortie de la galerie aux multiples embranchements dans laquelle on s’est engouffré.

Voir aussi  Sky People - Le modèle play-to-earn devant la justice sud-coréenne

On n’ira pas jusqu’aux abîmes où la pression nécessiterait des équipements sophistiqués, mais l’on peut parfois suffisamment descendre pour se priver de lumière et s’en remettre à sa lampe torche. Et à l’opposée, on peut approcher de la surface sans possibilité de sortir la tête de l’eau.

Pour la petite histoire

Endless Ocean Luminous dispose d’un scénario, un fil rouge qui demande toutefois d’effectuer de nombreuses plongées pour se dérouler entièrement. Il faut scanner un nombre spécifique — et relativement énorme — d’espèces pour débloquer chaque chapitre, mais surtout découvrir tous les mystères pour dévoiler le final. Une tablette d’une civilisation perdue en dénombre 99. C’est réellement un exercice de patience de compléter ce défi, d’autant que la présence de certains est aléatoire. C’est le seul moment où l’on peut se prendre la tête, à quelques détails près.

On n’échappera pas à la présence d’une intelligence artificielle, chargée de nous tenir compagnie et de nous informer des événements pour le moins surnaturels qui surviennent. Sa voix monotone hante l’exercice, faisant regretter une certaine fée. En parlant d’une autre époque, les graphismes sont également dans cette catégorie. Jouer sur Nintendo Switch ne place généralement pas son attente très haut, mais l’on est relativement en creux de vague dans le cas présent. L’ambiance est préservée et la magie opère de temps en temps, mais l’on ne sera pas époustouflé à longueur de plongée, bien au contraire.

Conclusion

Après deux opus sur Wii, le studio Arika poursuit son œuvre atypique sur Nintendo Switch avec Endless Ocean Luminous. C’est un jeu d’exploration et de recherches méticuleuses, sans danger ni pression, où la détente joue le premier rôle. Il ne faut pas s’attendre à un océan de contenus, mais juste profiter d’un immense aquarium contenant plus de 500 formes de vie marine et nager avec elles, un spectacle dont la beauté vient surtout de sa source d’inspiration. Il faut juste savoir prendre le temps de l’admirer.

Voir aussi  Soupe miso aux nouilles et œufs mollet marinés

Test réalisé par Agahnon sur Nintendo Switch à partir d’une version fournie par l’éditeur.



Source link

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *