Ces jeux “signeront le début de la fin des JO contemporains”



Longtemps compromis par la pandémie, les Jeux olympiques de cet été semblent maintenus et auront lieu du 23 juillet au 8 août. Le journal Mainichi Shimbun publie un article pour épingler le caractère antidémocratique des JO en dénonçant les “privilèges” du Comité international olympique.

À un mois de leur ouverture, il semble désormais impossible d’annuler les JO. Le Comité international olympique (CIO) et les autorités japonaises entendent maintenir la compétition coûte que coûte. Et ce en dépit de l’opinion publique du pays, qui se montre toujours hostile à l’idée du maintien. Selon un sondage réalisé par le journal Asahi en mai, plus de 80 % des Japonais se déclaraient pour l’annulation ou un nouveau report.

Une ambiance mêlant indignation et résignation règne actuellement dans l’archipel. L’occasion pour le journal Mainichi Shimbun de publier un article tranchant, dénonçant le forcing antidémocratique du CIO et la nature de la compétition, désormais très éloignée des idéaux olympiques.

‘Les Jeux olympiques sont le miroir du monde’, dit-on. À l’occasion des JO, les athlètes du monde entier se rejoignent pour disputer une épreuve sportive dans le plus grand respect de la diversité. Pendant les Jeux, il est de mise de laisser de côté les sujets clivants comme la race, le sexe, l’orientation sexuelle, la religion et les convictions politiques. D’où l’appellation ‘festival de la paix’. Or, à l’heure où les inégalités se creusent sous l’effet de la pandémie, le CIO tient à maintenir les Jeux à tout prix, tout en donnant la priorité à la logique de

[…]

Source

Fondé en 1872 sous le nom de Tokyo Nichi Nichi Shimbun, le Mainichi Shimbun est le plus ancien quotidien japonais. Il a pris la dénomination actuelle en 1943 lors d’une fusion avec l’Osaka Mainichi Shimbun. Centriste, le “

[…]

Lire la suite





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *