Monster Hunter Rise – Test de Monster Hunter Rise (PC) – J’ai switché en HD / Mise à jour du 18.01.2023 : Test de la version PlayStation 5


Mise à jour du 18.01.2023 : Test de la version PlayStation 5 par Aragnis

Après sa sortie initiale sur Switch en mars 2021 puis début 2022 sur Windows, Monster Hunter Rise arrive enfin sur les consoles PlayStation et Xbox, ouvrant la défense de Kamura au plus grand nombre. Pour le contenu du jeu en lui-même, je vous renvoie à l’excellent test de l’expert en Monster Hunter qu’est JNH. Pour ma part, je fais un petit point technique et vous donne la vision de quelqu’un qui a découvert la licence avec l’opus World.

J’ai donc pu jouer à ce MHR sur PlayStation 5 et il faut avouer que j’avais peu de doutes sur la qualité du portage étant donné qu’il était déjà réussi sur Windows et sans faux suspense, cette version PS5 est techniquement pratiquement parfaite : c’est visuellement joli avec des textures améliorées par rapport à la Switch, c’est toujours très fluide à tel point qu’on se demande bien pourquoi on jouerait en mode performance et les chargements sont tellement rapides qu’on n’a pas le temps de lire les conseils des écrans de chargement.
Finalement, le seul reproche qu’on peut faire, comme sur Windows, c’est que les textures ou encore les modèles des personnages ne sont pas au niveau de ce qu’on peut attendre d’une PS5.

Du coup, pour un joueur comme moi pour qui le premier Monster Hunter a été World, il y a comme un petit goût de régression à la fois sur les environnements, mais aussi sur la narration qui est moins poussée : dans Rise on ressent beaucoup plus le système de hub qui sert à distribuer les quêtes et les environnements, même s’ils sont d’une grande verticalité (aidée par le Filoptère), semblent plus vides et sont, plus que dans World, une simple arène pour les affrontements contre les monstres.

Mais sur le point le plus important, le gameplay, j’ai largement préféré cet opus Rise au World. J’avais beaucoup ragé sur World à cause de certains monstres qui avaient une propension au oneshot un peu trop poussée. Au delà du fait que je trouve le principe débile, car il annule tout le travail fait sur la défense de notre équipement, c’était d’autant plus énervant à cause de hitbox parfois foireuses.
Dans Rise, avec un bon équipement, on ressent beaucoup plus l’augmentation de la survie. Cela n’empêche pas de parfois se faire enchaîner comme avec certaines attaques qui nous font décoller puis reprendre au vol pour des dégâts massifs, mais le Filoptère peut sauver et même après ce type d’enchaînement, on peut encore s’en sortir. Certains diront alors que Rise est plus facile que World, et c’est sûrement le cas. Mais j’en suis à plus de 60 heures de jeu et je prends bien plus de plaisir lors de ces combats longs sur Rise où j’échoue plutôt parce que je joue mal que parce que la console aura décidé de faire une attaque complètement pétée.

Monster Hunter Rise sort dans un premier temps sans l’extension Sunbreak et je pense que faire le jeu dans cette version vanilla avant d’avoir tous les apports de l’extension est la meilleure façon d’en profiter.

Donc si vous n’aviez pas craqué avant pour l’achat du jeu, cette version PlayStation 5 est une excellente pioche qui plaira aux fans des Monsters Hunter en général, mais probablement aussi à ceux qui ont découvert la licence avec World et qui trouveront ici un jeu plus équilibré et qui récompense mieux la préparation des combats.


Version PC vs version Nintendo Switch

La version Switch est une belle prouesse, le compromis est satisfaisant entre de jolis visuels et une fluidité plutôt bonne (mais pas parfaite, on vous l’accorde). Cette version PC est nettement plus fluide car elle offre 60FPS et plus (selon votre configuration PC, on vous recommandera cependant de choisir un nombre fixe plutôt que le réglage “infini”). Elle supporte également la résolution 4K et tout est donc bien plus propre. L’antialiasing est présent bien qu’il y ait peu de choix en natif, il faut bricoler un peu avec vos utilitaires pour pousser un peu plus. Il existe une démo pour vérifier comment le jeu tourne sur votre machine, car… le reste du jeu est aussi stable que la démo ! Oui, même dans la Forêt Inondée.

Voir aussi  Yaki Onigiri (Grilled Rice Balls) 焼きおにぎり

Pour ceux qui portent des lunettes, passer de la version Switch à la version PC, c’est comme quand vous venez de nettoyer vos verres. Tout est soudain plus clair, plus net, plus beau. C’est très agréable de ne voir que peu de textures baveuses et la beauté des environnements est sublimée (et les monstres aussi !). Cependant, gardez en tête que tout est basé sur une version optimisée pour la Nintendo Switch. On ne pouvait pas avoir une modélisation trop détaillée. Mais on pouvait s’attendre à mieux, en particulier du côté des personnages : la création est pauvre et les animations faciales d’un autre temps.

creation-personnage-Rise-PC.jpg
MHR-sourire-ravageur.jpg

Un contenu quasi identique… jusqu’à la traduction française

Eh oui, il est regrettable que la traduction française souffre des mêmes faiblesses que sur sa version Switch. Les menus de création de personnage et couleurs sont un peu maladroits et la description des talents induit parfois en erreur.

Aucune différence concernant le contenu du jeu en lui-même, mais plutôt des fonctionnalités supplémentaires :

  • Plus grosse résolution évidemment, mais aussi le format ultrawide
  • Chat vocal intégré au jeu
  • Ajout de filtres dans les options graphiques, si l’envie vous prend de jouer en sépia ou de donner des airs de vieux film par exemple. Les styles “cinéma” sont plutôt sympathiques avec les rayures animées et le son qui est également transformé pour donner un aspect ancien

Le seul retrait est l’absence d’amiibos donc moins de tirages à la loterie, mais celle-ci n’apporte que des objets de décoration pour votre chambre et peu de consommables (qu’on peut fabriquer).

Le reste est identique : à sa sortie, la version Steam inclura le même contenu que la Ver.3.6.1 de la version Nintendo Switch, soit :

  • Plus de monstres et variants
  • Armures d’apparat
  • Collaborations Capcom
  • Quêtes d’événement
collab-Street-Fighter.jpg
collab-Sonic.jpg

Une harmonisation des versions Switch et Steam est prévue pour fin février 2022.

Pas de cross-save ni de cross-play

Capcom a annoncé ne pas intégrer de sauvegardes ni de multijoueur entre les deux plateformes :

“Nous avons entendu vos demandes concernant le cross-save / cross-play pour #MHRise & #Sunbreak, malheureusement, après examen durant le développement, nous avons constaté que cette fois nous ne pourrons pas l’intégrer. […]”

lien du tweet (anglais)

Votre choix sera donc principalement basé sur l’envie de mobilité ou de recommencer ou non, puisque le contenu est presque identique.

screen-histoire.jpeg

2 Monster Hunter sur PC : cohabitation, concurrence ou redondance ?

Malgré des graphismes moins poussés que MH World, MH Rise n’a pas à rougir face à son grand frère : certains vilains défauts disparaissent et il sait se différencier tant par ses visuels que son gameplay.

D’un point de vue graphique, sur Rise on aime la couleur plus vive et un aspect général plus simplifié. Mais côté gameplay, on se rapproche davantage de MH World en simplifiant certains aspects laborieux des anciens MH (pas de chargements entre les zones, plusieurs camps avec possibilité de changer d’équipement sans quitter la mission, les marqueurs, l’aiguisage infini, etc.). Mais ne croyez pas que les deux se ressemblent trop !

Les environnements de World sont plus riches et plus réalistes, mais Rise a mis l’accent sur le gameplay et offre davantage d’espaces plats (sans renoncer à la verticalité des zones pour autant), rendant les combats plus lisibles. Pouvoir grimper presque partout offre également un énorme plus ! Il y a moins de problèmes d’orientation et il est possible d’aller droit au but. On regrette cependant les utilisations plus poussées et plus fréquentes des environnements de World. Pour compenser, sur Rise vous pouvez ramasser des petits animaux et les utiliser quand vous voulez et où vous voulez. Si vous venez de World, vous en reconnaîtrez certains comme les crapauds qui endorment ou explosent par exemple, mais il y a plein de petits nouveaux comme l’oiseau crieur qui attire les grands monstres aux alentours (et peut déclencher des affrontements entre eux, ce qui offre une opportunité pour la chevauchée).

La chevauchée de wyvernes est un autre point qui a beaucoup changé. Sur Rise on peut désormais contrôler le monstre et même lancer des attaques ! Les dégâts ne sont pas démesurés, mais bons à prendre, surtout pour casser certaines parties de monstre. La chevauchée nous offre également plusieurs choix d’issue puisqu’on peut également se déplacer très rapidement dans la zone, foncer dans un autre monstre (déclenchant sa chevauchée possible) ou encore foncer dans un mur (plus gros dégâts). Quels que soient vos choix, ce sont plusieurs opportunités de combat puisque même ensuite, le monstre sera à terre ou entravé.

Au niveau du bestiaire, comme indiqué sur le test de la version Switch, pas trop de risque de répétitivité, même ceux que vous avez déjà vus peuvent vous surprendre avec de nouvelles attaques (on vous laisse la surprise). C’est un beau mélange de monstres rencontrés sur World, mais aussi sur d’anciens opus et surtout, des monstres totalement nouveaux !

Par contre, on manque de gros combats d’envergure. Vous croyez que vous n’aurez pas de combat spécial avec des phases obligatoires et l’utilisation forcée d’artillerie ? Raté, un mode y est entièrement dédié sur Rise : la Calamité (ou Rampage en anglais). On aime ou pas, mais le retour des joueurs est très mitigé. Il y a de bonnes idées, mais c’est un mode souvent boudé parce qu’un peu long et parfois ardu en solo (on vous conseille fortement le multijoueur sur ce mode, c’est plus simple et même les morts sont peu pénalisantes par rapport aux chasses classiques).

Mizutsune-MHR-PC.jpg
zinogre-MHR-PC.jpg

Il est difficile de dire si globalement Rise fait mieux que World du côté du gameplay des armes, les préférences sont très personnelles. Mais pas de redondance de ce côté-là non plus. La Corne de chasse est certainement l’arme qui a subi les plus gros changements. Cette arme peu populaire a gagné en utilité et en maniabilité. Fini de faire ses mélodies dans son coin pour booster les alliés, les notes font partie intégrante du combat. Et certaines attaques grâce au filoptère sont utiles et dévastatrices. Les autres armes ne sont pas en reste et beaucoup voient leur gameplay revisité.

filoptere.jpeg

Pas de grappin sur Rise, en revanche on a le Filoptère qui y ressemble. Cet insecte nous permet de nous projeter dans les airs ou sur les murs pour grimper et courir tels des ninjas. L’avantage est que l’on peut s’accrocher partout : l’insecte peut considérer un point dans les airs comme une accroche donc vous êtes beaucoup plus libres qu’avec le grappin de World. Autre point, pas de mécanique d’affaiblissement comme celle introduite par MHW : Iceborne. En revanche, même si c’est facultatif, l’insecte vous permet de récupérer des bonus le temps de votre mission. Ces bonus agrandissent (jusqu’à une certaine limite) votre barre de vie, d’endurance, votre attaque et défense. Le problème est que ceci supprime le rôle des potions dédiées à la rallonge de vos barres de vie et d’endurance, ce qui veut dire que sur un monstre un peu difficile ou si vous êtes sous-équipé, il faut perdre quelques minutes à chaque chasse pour collecter ces bonus.

pilpoils.png

Le nouveau compagnon, le Chumsky (un chien), n’est pas un ajout superflu : vous pouvez le chevaucher et le contrôler (à l’inverse des montures temporaires de World) et il peut aussi combattre à vos côtés. Les compétences sont très différentes de l’habituel compagnon Félyne. Ce dernier a également un fonctionnement différent, ressemblant à celui de Monster Hunter Generations Ultimate : il y a plusieurs types (classes) avec plusieurs compétences associées à leur rôle (plus de détails sur les compagnons ici). Et grosse différence avec World : chaque joueur peut emmener un compagnon au choix en multijoueur, même à 3 ou 4 joueurs. C’est une amélioration très agréable.

 

Nous vous invitons à lire notre test complet du jeu sur Switch concernant le contenu, le gameplay et grandes nouveautés de ce titre.

 

En bref

MH Rise propose une ambiance très différente, un gameplay qui a su se renouveler et du contenu en quantité raisonnable. Il trouvera facilement son public auprès des joueurs n’ayant pas de Nintendo Switch ou déçus de cette version, mais aussi auprès de ceux qui ont aimé MH World, il a tout à fait sa place sans redondance. Il peut évidemment plaire aux fans de longue date, à condition de ne pas être un puriste inconditionnel du format old school.

On espère un bon suivi du jeu, qui bénéficie toujours aujourd’hui d’ajouts de quêtes d’événement en attendant l’extension Monster Hunter Rise : Sunbreak, attendue pour l’été 2022 (sur Switch et PC).

Malzeno.jpg

Test réalisé sur PC par JNH grâce à une version fournie en avance par l’éditeur.





Source link

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *