les informations de la nuit



La Chine réussit à poser un petit robot sur Mars. L’atterrisseur transportant le premier robot téléguidé chinois sur Mars a atterri sur la planète rouge, a annoncé samedi 15 mai l’Administration nationale de l’espace de Chine (CNSA), comme le rapporte Xinhua. “C’est la première fois que la Chine fait atterrir une sonde sur une planète autre que la Terre”, souligne l’agence de presse chinoise. La sonde Tianwen-1, composée d’un orbiteur, d’un atterrisseur et du robot téléguidé “Zhurong”, avait été lancée depuis Wenchang, dans le sud de la Chine, le 23 juillet 2020. Puis, “après un voyage de près de sept mois dans l’espace”, la mission inhabitée était entrée dans l’orbite de Mars en février et “avait passé plus de deux mois à surveiller les sites d’atterrissage potentiels”, rappelle l’article. Le New York Times souligne de son côté que “la Chine est désormais le deuxième pays seulement”, après les États-Unis, “à poser un robot en état de marche sur la surface de Mars”.

États-Unis : la candidate de Trump élue au poste de numéro trois du Parti républicain à la Chambre. Elise Stefanik, que New York Magazine décrit comme une “millenial MAGA (Make America Great Again, ou « Rendons sa grandeur à l’Amérique », le slogan de Donald Trump pendant la campagne pour la présidentielle de 2016) modérée”, a été élue vendredi au poste de numéro trois du Parti républicain à la Chambre des représentants. “La victoire écrasante” de cette candidate soutenue par Donald Trump pour succéder à Liz Cheney, évincée il y a deux jours par le Grand Old Party (GOP), “n’a pas été une surprise”, écrit le quinzomadaire : “elle manœuvrait pour remplacer Cheney depuis qu’il était devenu évident que l’élue (conservatrice) du Wyoming avait émis une critique de trop contre (l’ancien président) pour pouvoir conserver son rôle essentiellement cérémonial parmi les républicains de la Chambre”.

Algérie : marche du Hirak empêchée, nombreuses arrestations, dont des journalistes. “La 117e marche du Hirak n’a pas pu avoir lieu” vendredi à Alger : la marche a été “empêchée” et la police a procédé à “des interpellations, y compris de journalistes”, peut-on lire sur le site d’El Watan. Un impressionnant dispositif de sécurité avait été mis en place, selon le journal, et “il y a eu usage de la force pour empêcher la marche”. Des “centaines d’interpellations” ont eu lieu à travers l’Algérie mais surtout dans la capitale : des chefs de partis politiques, des militants et plusieurs journalistes et photographes ont été arrêtés. Pour El Watan, “les services de sécurité ont agi de cette manière vraisemblablement pour les empêcher de s’acquitter de leurs missions”.

Sélection de la rédaction





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *