Tous les tests chinois de dépistage du Covid-19 ne sont pas homologués



Le monde entier est à la recherche de kits de dépistage du nouveau coronavirus, mais la mise en place de chaînes de production de produits homologués est longue. Des centaines d’entreprises chinoises se sont mises sur les rangs, avec parfois quelques ratés.

Plus d’une centaine d’entreprises chinoises ont très tôt entamé la recherche et la production de tests de dépistage du nouveau coronavirus. Leurs kits sont maintenant vendus aux pays européens, sans toutefois avoir été homologués pour la Chine. Celle-ci n’a validé et mis sur le marché qu’une dizaine d’entre eux. C’est ce qu’il ressort d’une enquête menée par le South China Morning Post.

Un grand nombre de laboratoires chinois ont commencé à plancher sur des tests dès l’annonce de la présence d’un nouveau virus, à la fin du mois de janvier.

Je n’ai pas pensé une seconde à demander l’homologation chinoise”,

a affirmé Zhang Shuwen, fondateur de la compagnie Nanjing Liming Bio-Products, au quotidien hongkongais. “Le processus est trop long et je risquais de ne l’obtenir qu’à la fin de l’épidémie.” Zhang est donc l’un des multiples chefs d’entreprise à répondre aujourd’hui à la demande européenne grandissante. Il a demandé l’accréditation de l’Union européenne (UE) en février pour quatre tests et l’a obtenue en mars.

Ses carnets de commandes sont pleins, avec des demandes venant des pays de l’UE mais aussi d’Iran, d’Arabie Saoudite, du Japon et de la Corée du Sud. Les laboratoires tournent sept jours sur sept, et bientôt vingt-quatre heures sur vingt-quatre.

Tests défectueux exportés en Espagne

BGI, une autre compagnie installée à Wuhan, fait partie des 13 laboratoires passés par le processus de validation chinois pour les tests PCR (réaction en chaîne par polymérase). Ce test permet de détecter le génome d’un agent infectieux en introduisant un écouvillon dans la narine du patient. BGI produit 600 000 kits PCR par jour, et est le seul à en exporter aux États-Unis. Huit autres entreprises chinoises produisent des tests de sérologie (effectués à partir de prélèvements sanguins). Au total, désormais, les tests produits par 102 laboratoires chinois sont validés pour l’Europe.

Une entreprise biotechnologique située à Changsha, qui produit habituellement des tests PCR vétérinaires, a également reçu la certification européenne, a indiqué de manière anonyme un technicien au South China Morning Post.

Les exportations vers l’étranger se sont multipliées, mais avec parfois quelques déconvenues, indique le South China Morning Post. En Espagne, des kits censés être fiables à 80 %, envoyés par la société chinoise Bioeasy, n’auraient détecté que 30 % des malades. La société Bioeasy a promis de remplacer ces tests défectueux.

Toujours est-il que l’offre mondiale de kits de dépistage semble pour l’instant être bien inférieure à la demande internationale, qui selon le quotidien oscille entre 3 et 4 millions de tests par jour. Or l’augmentation de la production ne peut se faire du jour au lendemain, et l’on constate de plus une pénurie de matériels tels que des écouvillons.





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *