Le Xinjiang rvle les crimes de sparatisme et de terrorisme d’un ancien responsable — Chine Informations


Les autorits judiciaires de la rgion autonome ougoure du Xinjiang (nord-ouest de la Chine) ont rvl des crimes commis par Shirzat Bawudun, un ancien responsable du gouvernement qui avait conspir avec une organisation terroriste et men des activits sparatistes sous couvert de son identit en tant que responsable.

Shirzat Bawudun, n en 1966 dans le district de Luopu, prfecture de Hotan, tait l’ancien directeur du bureau de la scurit publique du district de Moyu de Hotan et l’ancien directeur du dpartement rgional de la justice du Xinjiang, a dclar Wang Langtao, vice-prsident du tribunal populaire suprieur du Xinjiang, lors d’une confrence de presse tenue mardi.

Le tribunal a jug que Shirzat Bawudun avait collabor avec le “Mouvement islamique du Turkestan oriental” (ETIM), un groupe terroriste rpertori sur la liste des Nations unies, offert de l’aide aux sparatistes et aux extrmistes religieux, et collabor avec des forces sparatistes d’outre-mer.

En mai 2003, en tant que directeur du bureau de la scurit publique de Moyu, il a rencontr Tahir Abbas, un membre cl de l’ETIM, qui tait revenu de l’tranger Moyu, conspirant pour “l’indpendance nationale”. Shirzat Bawudun a galement promis lors de cette rencontre qu’il ferait de son mieux pour offrir son aide.

Shirzat Bawudun a galement incit d’autres gens rejoindre l’ETIM et a fourni 1,2 million de yuans (environ 183.230 dollars) et des biens obtenus de sa corruption l’ETIM. Il a galement men des activits religieuses illgales l’occasion du mariage de sa fille. Il a accept des pots-de-vin pour un total de 11,12 millions de yuans.

Shirzat Bawudun a t condamn pour avoir “divis l’Etat”.

Il a galement commis des crimes tels que le passage l’ennemi, la fourniture illgale d’informations aux forces trangres, la participation un groupe terroriste et l’aide aux activits terroristes. Il a galement utilis l’extrmisme pour saper l’application de la loi, rassembl des foules pour perturber l’ordre social, accept des pots-de-vin et abus de son pouvoir, selon le tribunal.

Shirzat Bawudun a t condamn mort avec un sursis de deux ans, priv de ses droits politiques vie, et dpouill de tous ses biens personnels.

Il a plaid coupable et n’a pas fait appel.

');
}




Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *