Au Sri Lanka, les morts du Covid-19 peuvent maintenant être enterrés



Le gouvernement Rajapaksa a fini par céder aux pressions internationales et a renoncé, mercredi 3 mars, à l’incinération obligatoire dénoncée par les musulmans. Les inhumations, toutefois, ne sont autorisées que dans un îlot perdu près de Jaffna.

Les familles des victimes sri lankaises du Covid-19 sont enfin fixées. Mercredi 3 mars, les autorités du pays se sont résolues à autoriser l’enterrement des morts de la pandémie, en publiant de nouvelles directives. “Les corps devront dorénavant être conservés en chambre froide jusqu’à ce que la procédure d’enterrement appropriée soit finalisée”, indique le site d’information Adaderana, après quoi “ils seront transportés dans l’île d’Iranaitivu pour y être inhumés”. Le choix d’Iranaitivu, une terre perdue dans la baie de Jaffna, dans le nord-ouest du Sri Lanka, fait néanmoins polémique parmi les habitants. Une manifestation a eu lieu ce mercredi sur place pour protester contre l’arrivée prochaine des corps de victimes du Covid-19, ajoute le site dans un autre article.

Jusqu’à présent, le gouvernement du président Gotabaya Rajapaksa imposait la crémation, comme c’est l’usage pour la communauté bouddhiste, très majoritaire au Sri Lanka, ainsi que pour les Tamouls, de confession hindoue. Pour les musulmans et les chrétiens en revanche, cela

[…]

Guillaume Delacroix





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *