Valkyrie Elysium РTest de Valkyrie Elysium : Le Valhalla subit son Ragnar̦k


VALKYRIEELYSIUM 20220927220212

À l’origine du monde

Comme le nom de la licence le suggère, Valkyrie Elysium se repose à nouveau sur les mythes et légendes nordiques pour raconter son histoire. Tout commença alors que Fenrir, divinité sous les traits d’une louve, décida de se rebeller contre Odin, grand seigneur d’Asgard. S’ensuivit une longue et dévastatrice guerre entre les deux qui mena les hommes de Midgard au bord de la destruction. Après la bataille finale qui semble n’avoir connu aucun vainqueur, Odin retourne en Asgard et crée une valkyrie, guerrière divine sans nom, afin de purifier Midgard des démons et des corrompus qui l’habitent et ainsi permettre à Odin de retrouver ses forces et d’empêcher le Ragnarök.

Ainsi débute Valkyrie Elysium et autant le dire tout de suite, ce n’est pas avec son scénario que le jeu brille. Si l’histoire est cousue de fil blanc du début à la fin, dont son twist – qui n’en n’est même pas un tant il est gros comme un gratte-ciel -, ce n’est pas ce qui gêne le plus. Non, le plus dommageable, c’est le manque d’ambition de ce scénario et surtout sa mise en scène. Les dialogues sont insipides, creux et si on peut comprendre le manque d’émotions dans la voix de la valkyrie, il est difficile de ne pas constater un certain manque de motivation dans les doublages, ou un manque de direction lors des enregistrements – du moins en japonais. En tout cas, ce n’est pas un manque de budget, vu les acteurs de doublage très connus choisis pour interpréter les différents personnages. Et cela ne s’arrête pas aux doublages, même s’il faut avouer que les silences de plusieurs secondes qui peuvent intervenir entre deux répliques sont savoureux. Toute la mise en scène boîte sur une patte cassée. Les mouvements de caméra cachant la moitié de la scène, les gros plans parfois beaucoup trop agressifs, les animations robotiques voire inexistantes, le manque cruel d’émotions : tout rappelle davantage les jeux du début de la génération PlayStation 3.

VALKYRIEELYSIUM 20220927233518
VALKYRIEELYSIUM 20221005091358

Et les personnages dans tout ça ? Ils ne sont guère mieux lotis. En plus d’être mal écrits, ils sont très peu nombreux. En tout et pour tout, il y a dix personnages importants dans le jeu et en dehors d’Odin et des Einherjar, vous ne croiserez les autres que très occasionnellement. D’ailleurs, en parlant des Einherjar, vous espériez peut-être en rencontrer tout au long du jeu pour vous créer un groupe dans lequel piocher pour partir à l’aventure comme dans les précédents épisodes ? Pouvoir découvrir leur histoire, souvent tragique, au fur et à mesure ? Choisir qui renvoyer au Valhalla dans un choix crève-cœur ? Que nenni, il y en a quatre et vous devez faire avec jusqu’à la fin du jeu. On aurait pu espérer un tant soit peu d’attention dans leur développement vu leur faible nombre, mais, là aussi, Valkyrie Elysium déçoit au point qu’il est compliqué de s’attacher à un seul de ces personnages. Et malheureusement, la valkyrie n’a pas reçu un meilleur traitement, elle qui est pourtant au cœur du scénario. Rappelez-vous Lenneth, pour ceux qui ont eu la chance de jouer à Valkyrie Profile, ou même Silmeria / Alicia, la valkyrie du second épisode. Ces personnages étaient profondément attachants, tout comme leurs Einherjar respectifs. Cette régression narrative est certainement la plus grande déception de ce jeu, puisque c’est ce qui faisait la grande qualité de la licence en comparaison d’autres J-RPG de l’époque. Mais il est peut-être là le problème : Valkyrie Elysium n’est pas un J-RPG.

La sœur cachée de Dante

Si le nom du jeu ne laisse aucun doute quant à son appartenance à la licence Valkyrie, il en va autrement de sa conception, de son game design. Exit les déplacements en 2D, les villages, les marchands, les combats au tour par tour, l’équipement (hors armes) et bienvenu au hub central, aux missions, aux combats en temps réel. C’est l’heure du changement pour la valkyrie et tout ne s’est pas fait sans douleur.

VALKYRIEELYSIUM 20221006082918
VALKYRIEELYSIUM 20221008114241

Valkyrie Elysium n’est donc plus un J-RPG, mais qu’est-ce donc ? Eh bien, si l’on devait comparer, le jeu se rapproche davantage d’un beat ’em up à la Devil May Cry avec un hub central, tristement vide peuplé uniquement d’Odin et de vos Einherjar, où vous pouvez lancer vos missions principales ainsi que les quêtes annexes. Les missions principales sont représentées par des chapitres qui, une fois terminés, débloquent les suivants. Quant aux quêtes annexes, elles s’obtiennent durant la mission principale, mais au lieu de les réaliser dans la continuité, vous devez retourner au palais d’Odin pour ensuite les lancer individuellement. Et c’est tout ce que le jeu propose, en dehors d’une arène accessible à partir du hub où vous pouvez combattre les ennemis déjà rencontrés. Vous trouvez cela chiche ? La durée de vie assez faible ne vous contredira pas avec à peine plus d’une douzaine d’heures de jeu pour le terminer en ligne droite et moins de trente pour tout débloquer, ce qui n’est pas si mal pour un beat ’em up, mais difficile à avaler quand on a connu les précédents épisodes. Et c’est une des raisons pour lesquelles Valkyrie Elysium n’a que peu de temps à consacrer à ses personnages.

Voir aussi  Le port de Shanghai demeure le port conteneurs le plus actif du monde en 2022 — Chine Informations

Au nombre de neuf, les chapitres vous feront visiter différents environnements, tous issus des classiques du médiéval fantastique dont une ville fortifiée et son château, une montagne enneigée, une ville à l’ambiance vénitienne, etc. Lorsque vous lancez un chapitre ou une quête annexe à partir du hub, la valkyrie est téléportée dans la zone et la mission se lance après une petite introduction. Vous devez ensuite parcourir le niveau, composé de couloirs laissant très peu de place à l’exploration malgré un grappin ajoutant un peu de verticalité et les quelques interactions avec le décors, tout en découpant tous les ennemis qui vous barrent la route et ce jusqu’au boss final, quand celui-ci ne se trouve pas au milieu du parcours. En parlant des ennemis, ceux-ci ne dérogent pas à la terrible règle du palette swap, donc cette réutilisation d’éléments graphiques auxquels on change juste la couleur. Quant aux boss, ils ont le mérite d’être assez impressionnants à défaut d’être vraiment ardus. D’ailleurs, n’hésitez pas à monter le niveau de difficulté afin d’augmenter le challenge ; le jeu étant assez facile. Pour finir, et parce qu’il fallait bien une petite dose d’objets à collectionner, vous avez des fleurs à trouver durant votre périple. Si celles-ci ne semblent rien apporter au premier abord, sachez qu’elles ont un lien avec les différentes fins du jeu. Après avoir terminé votre mission, vous avez droit à votre tableau de score qui note vos exploits, comme dans un Devil May Cry à la différence qu’ici, ça ne sert strictement à rien. C’est simple et ça fonctionne, malgré ce sentiment persistant de jeu d’une autre époque.

VALKYRIEELYSIUM 20221001103626
VALKYRIEELYSIUM 20221005102827

Toutefois, et pour ne pas rester sur une note négative, il y a un domaine que Valkyrie Elysium maîtrise plutôt bien : les combats. Si on peut regretter le changement, il ne faut pas pour autant bouder notre plaisir à enchaîner les combos dans des rixes fluides et dynamiques. Ce n’est peut-être pas aussi profond qu’un Devil May Cry, mais le résultat est plaisant aussi bien à regarder qu’à jouer, même si la caméra folle vous crispera plus d’une fois. Pour ne rien gâcher, le système est très facile à prendre en main avec un bouton d’attaque simple, un bouton d’attaque forte, un saut, une garde, une esquive, un grappin, vos quatre sorts équipés, vos quatre Einherjar et vos objets. Mais comment cela se traduit en jeu ?

Déjà, il faut savoir que la magie possède une place très importante dans les combats, puisque chaque ennemi est faible face à un élément visible au niveau de sa barre de vie. Ainsi, vous pouvez équiper jusqu’à quatre sorts en même temps auxquels vous accédez avec la gâchette R2 et lancer le bon sort permet de figer l’ennemi ainsi que de le rendre plus fragile aux attaques physiques. Mais attention, vous ne pouvez pas lancer vos sorts comme bon vous semble, puisqu’ils ont tous un coût en barre d’arts, représentée par plusieurs carrés sous votre barre de vie ; un sort utilise plus ou moins de carrés que vous pouvez recharger via une potion ou grâce aux objets que lâchent les ennemis lorsque vous les attaquez. De plus, les ennemis sont aussi plus faibles face à certaines armes, car oui, vous trouverez plusieurs armes de différents types lors de votre aventure parmi lesquelles se trouvent épées, lances, rapières, etc. Là encore, vous pouvez en équiper deux en même temps à intervertir via la croix directionnelle. Dans les faits, vous vous rendrez vite compte que le choix de l’arme est très secondaire en comparaison des faiblesses élémentaires, mais au moins le jeu vous laisse le choix des armes et des styles qui les accompagnent, puisque même si les combos sont tous les mêmes à base de répétitions entre les deux boutons d’attaque, leurs exécutions changent et, surtout, chaque arme possède un style qui lui est propre, vous donnant ainsi le loisir de choisir ceux qui vous conviennent le plus.

Voir aussi  Recette facile de filet mignon au miel façon thaï

Compilation de plusieurs phases de gameplay ainsi que des 20 premières minutes du chapitre 6 à partir de 10:37.

Quant aux Einherjar, leur utilisation est très loin de ce que l’on a connu dans les précédents jeux de la série. Dans Valkyrie Elysium, ils ne font pas partie de votre groupe, combattant constamment à vos côtés. À la place, ils peuvent être invoqués en dépensant une partie de votre barre d’âme pour un laps de temps limité afin de vous soutenir en combat, mais aussi d’apporter un bonus dans l’élément magique qui les caractérise. Ainsi, Eygon, le chevalier en quête de rédemption, est affilié à l’élément électrique : l’invoquer imprègne votre arme équipée et renforce vos sorts du même élément. Quant aux trois autres, ils apportent chacun et chacune un élément ainsi qu’un style de combat différents, que ce soit à distance ou au corps à corps. Si leur utilisation s’intègre plutôt bien au système de combat, il reste que vous n’avez qu’assez peu de contrôle sur ce qu’ils font ou sur leur évolution. En effet, pour augmenter leurs statistiques, limitées à l’attaque physique et l’attaque magique, vous devez simplement les invoquer et plus vous le faites, plus elles augmentent en fin de mission et de quête. Et ne vous attendez pas à avoir davantage la main sur leur personnalisation, qui se contente du choix de la durée d’invocation pour un coût plus ou moins élevé ainsi que sur une liste de coups spéciaux à débloquer via des quêtes annexes que les Einherjar vous proposent tout au long du jeu. Le dernier point sur lequel vous pouvez agir, c’est sur qui invoquer automatiquement à la suite de certaines actions. Par exemple, vous pouvez automatiquement invoquer un Einherjar particulier après une esquive au bon moment ou si votre valkyrie est mise au sol. Mais pour cela, vous devez déjà débloquer ces actions dans les arbres de compétences.

VALKYRIEELYSIUM 20221001105114
VALKYRIEELYSIUM 20221008183803

Comme expliqué un peu plus haut, les ennemis que vous attaquez lâchent des objets sous forme d’orbes ainsi que de pierres colorées et si cela comprend de quoi requinquer la valkyrie, le reste concerne la monnaie du jeu : les gemmes. Utilisées pour faire progresser la jeune guerrière, elles vous permettent de payer l’amélioration des armes afin d’en augmenter la puissance sur dix niveaux, mais aussi d’acheter les compétences actives et passives des trois arbres mis à disposition afin d’améliorer l’attaque, la défense et le soutien à travers des bonus d’attaque physique et magique, des coups spéciaux, des méthodes de protection ou de contre, une augmentation des points de vie, des barres d’arts et d’âmes, mais aussi en débloquant les invocations contextuelles pour les Einherjar. En voyant la taille des arbres et les coûts d’achat des compétences, vous penserez probablement qu’il est nécessaire de faire des choix, mais il n’en est rien, puisqu’entre les missions principales et les quêtes annexes, vous aurez largement de quoi tout acheter au fur et à mesure et même de quoi améliorer toutes les armes au moins jusqu’au septième niveau et vos deux préférées jusqu’au maximum sans avoir à farm, ce qui ne manquera pas de décevoir ceux qui apprécient de pouvoir personnaliser leur personnage en créant des builds uniques.

Voir aussi  (COVID-19) Shanghai signale un nouveau cas import de COVID-19 — Chine Informations

Sympa ton jeu PlayStation 3

Après l’histoire et les mécaniques de jeu, il est temps de parler de la grosse tâche au milieu de la figure : l’aspect technique. Comme beaucoup d’entre vous ont pu le constater dès la première vidéo diffusée du jeu lors de son annonce, Valkyrie Elysium ne brille pas par ses graphismes. Textures baveuses et peu détaillées, décors vides, personnages très statiques durant les cinématiques, direction artistique peu inspirée, image floue, il est difficile de lui trouver des qualités visuelles. En contrepartie, on peut au moins profiter d’un jeu globalement fluide, même s’il s’est permis des chutes incompréhensibles de fréquence d’images dans certains lieux alors même qu’il tournait sur PlayStation 5. En parlant de PlayStation 5, n’attendez pas d’améliorations graphiques ou même de résolution, le jeu ne profite pas du tout de la puissance supplémentaire de la console par rapport à la PlayStation 4. Autre point qui fâche : la caméra. Si la mise en scène coche déjà toutes les cases de ce qu’il ne faut pas faire quand on réalise une cinématique, en jeu et manette en main c’est encore pire. Que ce soit dans les zones exigües ou lorsque des ennemis vous bloquent contre un mur, visible ou non, la caméra fait sa vie sans trop se soucier de vous et de ce que vous avez besoin de voir. Vous presterez à maintes reprises de ne rien comprendre à ce qu’il se passe à l’écran à cause de son comportement erratique. Une catastrophe, qui une fois encore rappelle les caméras folles d’un autre temps que l’on espérait avoir laissé derrière nous.

VALKYRIEELYSIUM 20220929222137
VALKYRIEELYSIUM 20221006083445

Quant à la bande originale, elle est à nouveau l’œuvre de Motoi Sakuraba et si les thèmes qu’il avait composés pour les deux premiers épisodes étaient pour certains inoubliables, il faut croire que l’inspiration ne fut pas au rendez-vous pour celui-ci. Une bande originale assez générique pour un tel compositeur au style si particulier, décevant. Peut-être était-il plus concentré sur le futur Star Ocean qui sort dans quelques jours ? L’avenir nous le dira.

Conclusion

Pas de miracle pour ce Valkyrie Elysium. Le fait qu’il ne soit pas développé par tri-Ace, mais par le très discret studio Soleil possédant plus de jeux à venir que de jeux sortis, la première bande annonce peu convaincante, une publicité quasi inexistante, tout laissait présager d’un jeu au budget réduit et à la qualité discutable. Il s’avère que c’est exactement ce qu’est Valkyrie Elysium : un jeu d’action en retard de 15 ans aussi bien dans sa construction que sa technique. Visuellement pauvre, caméra folle, narration limitée au stricte minimum, bande originale oubliable, seul le système de combat s’avère intéressant et c’est un comble pour une licence de J-RPG visuellement marquants, aux compositions musicales grandioses, aux scénarios forts en émotions et aux personnages mémorables. Heureusement, Valkyrie Elysium s’accompagne aussi et surtout du retour de Valkyrie Profile dans un portage de la version PlayStation Portable sur PlayStation 4 et 5 le 22 décembre prochain.

Un rendez-vous manqué vendu 69,99€ sur PlayStation 4 et 5 et prévu pour le 11 novembre sur Steam pour 59,99€.

VALKYRIEELYSIUM 20220930072058

Test réalisé par Lianai à partir d’une version PlayStation 5 fournie par l’éditeur.



Source link

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *